1 - Complot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1 - Complot

Message par Marc Sperare le Mar 25 Sep - 13:30

Le jeune garçon avait marché toute la matinée durant à travers la forêt luxuriante de l'Anneau Rouge. Bon nombre d'animaux sauvages avaient croisé sa route comme souvent et il s'était parfois arrêté quelques minutes pour leur parler. Mais surtout, il avait beaucoup réfléchi à ce qu'il allait faire de sa journée. La nuit précédente, il avait très peu dormi, notamment en raison d'un chevreuil égaré et en mal d'amour qui était venu perturbé son sommeil. Après quelques heures de marche, les jambes du jeune homme étaient devenues toutes engourdies et il lui avait fallu faire une pause. Ce fut auprès d'un chêne qu'il trouva refuge. Majestueux, l'arbre qui trônait devant lui faisait bien une bonne quinzaine de mètres. Marc grimpa en haut d'une branche sans trop de mal. Là, il se coucha le long de celle-ci et veilla à avoir un bon appui afin de ne pas tomber. Filtrant le soleil, le feuillage du végétal laissa passer quelques chauds rayons tout en laissant une grande partie d'ombre. Mêlé à un petit vent frais et léger, ce repos fut bien agréable et même revigorant.

Vers midi, après un songe des plus étranges, Marc émerge de son sommeil. Sa sieste dans les bras du chêne l'a ragaillardi et il peut désormais vraiment entamer sa journée. L'adolescent descend de l'arbre. Puis, avant de reprendre la route, il prend quelques minutes afin de s'éclaircir les idées. En effet, il aimerait se rappeler de son rêve. D'ailleurs, si sa mémoire est bonne, il ne s'agissait pas d'un rêve ordinaire, mais plutôt d'une sorte de vision. Fermant les yeux, le jeune garçon cherche au plus profond de son être afin d'en rassembler les morceaux. C'est assez flou. Marc ne distingue pour l'instant que de vagues formes immobiles. Puis, progressivement, presque au ralenti, ces formes commencent à tomber. L'une après l'autre, elles gisent au sol et ne bougent plus. Seraient-elles mortes ? Il n'y a aucun son dans cette vision. L'ambiance est plutôt ténébreuse et l'on ne distingue pas grand chose. Un brouillard épais masque le tout. Que représente-t-il ? Plus le garçon fouille dans sa mémoire et plus la brume semble se dissiper. Cependant, elle ne révèle rien de plus qu'on ne savait déjà. Pensant qu'il n'a plus rien à découvrir, le jeune garçon s'apprête à rouvrir les yeux lorsque soudain, à l'arrière plan, il distingue une nouvelle forme. On dirait la silhouette d'un homme. Il fait plusieurs mètres de haut, surement est-ce un géant. Sa carrure en impose en tout cas. Il semble vraiment fort. Néanmoins, le sentiment que Marc perçoit à son égard n'est pas des plus amical. Beaucoup d'énergie négative enveloppe ce vil personnage. Est-il la cause du brouillard ? Et de l'état de ces pauvres gens qui ne se sont toujours pas relevés ? Commençant à se sentir oppressé à la vue de cet être, le jeune homme stoppe net sa rêverie.

En revenant à lui, Marc a une sorte de vertige. Il pose un genou au sol et une main sur son front. Après quelques secondes, il retrouve ses esprits. Ce qui l'étonne, c'est de ne pas avoir eu l'impression de faire un cauchemar pendant sa sieste en haut du chêne. En effet, il n'avait rien ressenti de particulier sur le moment, seulement eu cette étrange vision. Est-il possible qu'il s'agisse d'un rêve prémonitoire ? Le jeune garçon n'en a jamais fait auparavant mais son intuition s'est accrue au fil des années et il perçoit depuis quelques temps les évènements plusieurs minutes à l'avance. Pas dans les détails, mais suffisamment parfois pour lui sauver la vie. Il doit en avoir le coeur net. Il doit savoir si ce qu'il a vu est vrai. Commençant à courir, Marc fait quelques kilomètres et atteint la sortie de la forêt. Il atterrit dans un village. Rares ont été les fois où il s'est aventuré aussi loin. En effet, dans ce lieu, il n'y avait que des esclaves et leurs maîtres bien sûr, des privilégiés qui les maltraitaient sans scrupule. Il y a fort longtemps, Marc s'était rendu à cet endroit précis afin d'y trouver des vêtements plus chauds. N'ayant pas d'argent, il avait du faire preuve de prudence et de discrétion afin d'en dérober. Il avait notamment récupéré un parka à un privilégié qui l'avait laissé trainé. A cette époque, il y avait là un vrai marché dans lequel on pouvait trouver des fruits, des habits et autres objets utiles. Aujourd'hui, l'endroit est complètement désert. C'est étrange, pense intérieurement le jeune homme. Il n'y a plus de vie ici. Explorant encore les lieux, Marc n'est pas au bout de ses surprises. Il fait encore quelques kilomètres et fouille le village de fond en comble à la recherche d'indices. Il emprunte une rue qui débouche sur une grande place centrale. Les yeux du jeune garçon s'écarquillent soudain d'horreur. Devant lui, tout comme dans sa vision, des gens jonchent le sol et une fumée rosâtre envahit les lieux. Le coeur de Marc bat à tout rompt. Est-il encore en train de rêver ? Non, cette fois-ci la scène est bien réelle. Mais qu'est-ce qui a bien pu se passer ici ? s'interroge l'adolescent. Les commerces sont encore en parfait état donc cet endroit n'a pas été brûlé. Il n'est pas non plus possible que les gens aient été tués. En effet, leur corps ne sont pas criblés de balles ni abîmés de quelque manière que ce soit.

Au contact du nuage de poussière, Marc se met à tousser. Il ne doit pas rester ici plus longtemps. Tandis qu'il réfléchit, le jeune homme entend des voix au loin. Sans perdre une seconde, il court se cacher derrière un stand. Deux soldats arrivent alors sur la place. Ils portent un uniforme et des masques à gaz. L'un d'entre eux tient aussi un appareil étrange. On dirait une sorte de détecteur d'ondes.

- Les radiations sont plus fortes ici.

- En effet. Quoi qu'il en soit, mission réussie.

- Ouai l'expérience a été été un franc succès, notre chef sera content. Allez, on retourne au quartier général.


Aussitôt dit aussi tôt fait, les hommes ne se sont pas attardés et rebroussent maintenant chemin. On dirait qu'ils se dirigent vers un local situé un peu plus loin. Qui étaient-ils ? Et que venaient-ils faire ici ? Rien n'est encore sûr pour le moment mais une enquête doit être menée afin d'en savoir plus. Marc commence à réaliser qu'il ne pourra pas y arriver seul. En effet, la situation le dépasse et il aura besoin d'alliés. Il lui faut à tout prix en trouver. Sa mission est désormais celle-ci. C'est alors qu'il s'apprête à reprendre la route, que le jeune homme aperçoit au loin une silhouette fluette.




Dernière édition par Marc Sperare le Dim 2 Déc - 19:42, édité 2 fois
avatar
Marc Sperare

Messages : 41
Date d'inscription : 09/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - Complot

Message par Gwendolyn Schepperd le Dim 18 Nov - 18:23

[Désolé pour d'avoir autant retarder le RP ! Entre la rentrée et tous les devoirs, contrôles et autres choses aussi sympathiques du même genre, je n'ai pas eu le temps de rédiger ma réponse ... Encore désolé !]

Gwen se réveilla, comme à son habitude, aux aurores ; ce matin elle se sentait de bonne humeur malgré le fait qu'elle avait très peu dormi. Elle se leva discrètement, pour ne pas réveiller le reste de sa famille qui cependant n'allait pas tarder à se lever, puis s'habilla rapidement et se recoiffa seulement à l'aide de ses mains. Elle sortit toujours aussi silencieusement de chez elle et arriva dans la rue. Malgré l'heure plus que matinale, le quartier était déjà animé : on voyait des personnes courir dans tous les sens pour rejoindre au plus vite le Centre. "Le monde appartient aux gens qui se lèvent tôt", dit-on. Dommage que ce proverbe ne devienne pas réalité, il ferait plus d'un heureux ... Gwen se promena rapidement dans la rue et vola une pomme au passage, ce qui serait surement son premier et dernier repas de la journée. Ensuite, elle alla dans le Centre et passa le reste de sa matinée à travailler péniblement et de force pour les Privilégiés.

Sa corvée étant terminée, elle se rendit compte qu'elle avait encore la totalité de son après-midi libre et elle comptait bien en profiter. En revenant vers l'Anneau Rouge, elle songea aux évènement inexpliqués de ces derniers temps : cela faisait quelques jours que plusieurs morts ont été retrouvés au sein de l'Anneau Rouge. Cela était à première vue parfaitement normal, si on ne savait pas que toutes ces personnes avaient véritablement soufferts avant de mourir. Gwen connaissait l'un deux et, quand elle est allée le voir quelques jours avant sa mort, il agonisait, subissait des spasmes, n’arrêtait pas de bouger comme si il essayait de lutter contre un mal intérieur ; Gwen avait eu tellement de pitié à le voir dans cet état et pensa qu'il avait dû mourir de fatigue. Le Peuple commençait à avoir peur de cette maladie dont on ne connaissait rien : on avait jamais vu des personnes mourir de la sorte auparavant, on ne savait d'où elle venait ni comment elle se transmettait ! L'ambiance dans la banlieue de l'Anneau Rouge n'avait jamais été aussi tendue ...

Entre temps, Gwen était arrivé dans la banlieue et se mit à réfléchir intensément à cette maladie. Ce qui l'étonnait le plus c'était que le Gouvernement n'avait pas fermer les portes du Centre au Peuple, alors qu'une épidémie se répandait dans la banlieue. Non, pour une fois elles étaient restées grandes ouvertes et les Privilégiés continuaient d'exploiter les gens du Peuple sans paraître inquiet ou encore moins stressé. C'était louche et Gwen décida alors de s'éloigner encore du Centre et de se diriger vers un petit village un peu plus au sud de là où elle était. Elle savait que le Gouvernement y avait installé un local depuis peu, quelques temps avant que l'épidémie se déclare. Ce n'était pas anodin et il devait y avoir une relation entre ce bâtiment et cette maladie. Gwen se mit en route et marcha rapidement, ignorant les personnes autour d'elle et ne se concentrant uniquement que sur son objectif : découvrir ce que contenait ce fameux local. Gwen était loin de s'imaginer dans quelle aventure elle allait s'embarquer ...

Une fois arrivée à côté du local, elle se cacha derrière une habitation et espionna discrètement le bâtiment. C'était un local rectangulaire, sans fenêtre et fait dans un matériaux gris qui avait l'air particulièrement résistant. Il avait trois côtés qui donnaient sur des habitations et un dernier qui donnait quant à lui sur une pente en gravier puis une plaine d'herbe. Gwen attendit mais ne vit aucun garde : bizarre pour un bâtiment aussi important pour le Gouvernement. Gwen s'était-elle tromper ? Ne serait-ce qu'un simple local sans importance ? Gwen prit son courage à deux mains et s'avança vers le bâtiment. Elle avançait discrètement et lentement, guettant les moindres bruits suspects. Soudain elle entendit les rires de deux soldats. Vite, Gwen courut rejoindre sa cachette initiale. A peine arrivée, elle aperçut les deux soldats. Ils étaient de taille moyenne, plutôt enveloppés et n'avaient pas l'air très fin. Ils exécutaient les ordres qu'on leur avait donner et c'est tout. Ils ne réfléchissaient pas et faisaient bêtement le tour du local côte à côte en discutant. D'après leur conversation, il n'y avait personne dans le local. Ils se dirigèrent ensuite vers la porte d'entrée et rentrèrent en la laissant grande ouverte. C'était l'occasion rêvée de pénétrer enfin dans le local mais comment se débarrasser des gardes une fois à l'intérieur ? Elle n'était pas très grosse et était plus petite que les gardes !

Sachant qu'elle n'avait aucune chance contre les gardes, elle se rapprocha discrètement et se colla contre le mur du local, juste à côté de l'entrée. Elle scruta désespérément le paysage, cherchant quelque chose qui pouvait l'aider; et aperçut un jeune homme à quelques mètres d'elle lui faisant signe de partir. Ah non, il n'en était pas question ! Ce n’était pas parce que Gwen était une jeune fille de seulement 17 ans, qu'elle allait abandonner et laisser cet abruti rentrer à sa place. Elle lui fit un vigoureux signe de tête pour le lui faire comprendre et désigna les gardes, attendant impatiemment sa réaction.
Mais d'ailleurs qui était ce mystérieux jeune homme et pourquoi voulait-il aussi rentrer dans ce local ?

_________________
Couleur de mes paroles: SteelBlue
avatar
Gwendolyn Schepperd
Admin

Messages : 93
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 19
Localisation : Dans la pauvre banlieue de l'Anneau Rouge ...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.moonlightshadoww.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - Complot

Message par Marc Sperare le Dim 18 Nov - 21:47

Depuis son plus jeune âge, Marc avait développé un véritable instinct de survie. Il avait appris à flairer le danger à plusieurs mètres à la ronde et à s'enfuir en cas de besoin. Cette aptitude lui procurait un avantage certain et s'il se faisait repérer, il sentait la menace suffisamment tôt pour avoir une longueur d'avance sur ses poursuivants. Néanmoins, il arrivait quelques rares fois qu'il ne détecte des présences étrangères que trop tard. Ce fut le cas cette fois-ci. Trop concentré sur les deux hommes du gouvernement, Marc n'avait pas remarqué l'arrivée discrète de Gwendolyn. Chétive mais très agile, la jeune fille s'était faufilée jusqu'à l'entrée du bâtiment.

Intriguée par ce lieu pour le moins mystérieux, elle s'apprête à y entrer. D'instinct, Marc lui fait signe de s'en aller. Il ne veut pas qu'elle prenne de risque. Mais c'est mal connaître la demoiselle que d'espérer qu'elle va obéir sans insister. Fronçant les sourcils, elle se contente de hocher la tête et d'indiquer à Marc l'intérieur du bâtiment. Elle compte donc bien pénétrer à l'intérieur et en apprendre davantage. Sans doute sait-elle se défendre. En tout cas, elle a l'air bagarreuse. Marc s'en rend compte tout de suite rien que par son attitude. Pourtant, il ne peut pas la laisser y aller seule. Sur la pointe des pieds, le jeune homme sort de sa cachette et rejoint Gwendolyn devant la porte de l'entrepôt. C'est à ce moment que les deux adolescents échangent quelques mots.

Gwen : Laisse, je vais y aller seule. Je n'ai pas besoin de ton aide.

Marc : L'union fait la force, nous serons surement pas trop de deux pour découvrir ce qui se trame là dedans.

Gwen : Non laisse, tu vas tout faire rater. Je préfère m'en occuper seule. Si tu veux te rendre utile, reste là et fais le guet.

Marc : Faire le guet de quoi ? Ils sont à l'intérieur...

Gwen (soupirant) : Bon comme tu veux, mais ne nous fais pas repérer. Je vais entrer la première.

La jeune fille jette un coup d'oeil à l'intérieur du bâtiment et s'y engouffre sans un bruit. Marc reste quelques minutes dehors et pénètre à son tour dans l'entrepôt. Les deux gardes se trouvent un peu plus loin, au fond de la pièce. Ils tournent le dos à l'entrée et semblent contempler quelque chose. Marc cherche à savoir de quoi il s'agit. Mais il ne voit pas grand chose de là où il est. Il lui faut se rapprocher. En se déplaçant, il cherche aussi Gwen du regard, mais la jeune fille n'est plus visible. Où a-t-elle bien pu passer ? Derrière un carton, à environ trois mètres des militaires, Marc observe avec attention cette machine de plusieurs tonnes qui se dresse devant eux. Elle est composée en grande partie de métal mais aussi de verre et semble contenir un gaz rosâtre. Le même que dans le village ! Il y a encore un tuyau étrange qui doit sans doute permettre de l'évacuer. Afin d'en savoir plus, Marc écoute la discussion entre les deux hommes.

- Whoa ce truc a l'air vraiment mortel. Tu crois que c'est radioactif ?
- Qu'est-ce que j'en sais...
- En tout cas, j'ai hâte qu'on en finisse avec ça, je suis pressé de touché la prime que le chef nous a promis.
- Il a dit qu'on devait encore diffuser ce gaz dans trois villages, après on aura terminé.
- Ouai heu, je croyais qu'on était censé retourné au QG tout à l'heure...
- Ben j'ai reçu un appel disant qu'il fallait continuer...
- Ah heu.... ok


Tandis que les hommes font demi-tour, Marc recule de quelques pas. Discrètement, il se fond dans le décor. Il essaie de ne pas se faire repérer. Les gardes s'éloignent un peu et vont à un panneau de contrôle vérifier deux trois réglages. Surement n'apprendra-t-on rien de plus ici, se dit Marc. S'apprêtant alors à sortir du bâtiment, l'adolescent fait deux pas en arrière. Manque de pot, il frappe avec le talon une canette de soda posée sur le sol. Cette dernière tombe sur le côté dans un bruit aigu et va rouler plus loin. Le premier garde relève la tête, l'autre sort son arme et aperçoit Marc qui se tient debout un peu plus loin devant lui.

- Halte ! Mains en l'air !

Même si l'homme est encore à plusieurs mètres, Marc ayant une arme braquée sur lui, il préfère obéir et lève lentement les mains. Quelques secondes s'écoulent, le soldat fait quelques pas, mais avant qu'il n'ait pu ajouter un mot de plus, une masse se fond sur lui d'un coup. Perchée en hauteur, une ombre surgit de nulle part et s'abat par le dessus sur la tête du garde qui n'a rien vu venir. C'est Gwendolyn. Après cette action périlleuse, elle se réceptionne au sol sans mal et court en direction de la sortie. Marc ne demande pas son reste et la suit. Sonné, le garde ne se relève pas immédiatement, l'autre reste sans voix un moment surpris par l'intervention in extremis de la jeune fille. Courant à toutes jambes, les adolescents savent qu'ils seront bientôt rattrapés. Vite il doivent trouver une cachette !








avatar
Marc Sperare

Messages : 41
Date d'inscription : 09/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - Complot

Message par Marc Sperare le Mar 20 Nov - 4:35

Plusieurs minutes plus tard, Marc et Gwen arrivent à l'entrée de la forêt.

Marc : Ne t'inquiète pas, je connais ce coin comme ma poche. Je vais nous trouver un abri.

Gwen : D'accord, mais arrêtons-nous un moment, je ne sens plus mes jambes.

Marc : Ok mais pas très longtemps, ils sont toujours à nos trousses, ce n'est pas très prudent de faire une pause.

Les adolescents trouvent un endroit sec où s'asseoir. Puis, Gwen attrape le sac qu'elle porte en bandoulière et le pose sur le sol. Elle le portait déjà avant mais il avait l'air beaucoup moins rempli. La jeune fille sort des objets de la sacoche, un après l'autre.

Gwen : Bien, j'ai réussi à voler quelques trucs pendant que tu t'occupais de nous faire repérer.

Marc : Hey, ce n'est pas de ma faute. En plus, j'ai réussi à récupérer de précieuses informations.

Quelques secondes de silence s'écoulent. Puis, Marc ajoute :

Marc : Enfin bref, merci pour ton aide.

La jeune fille ne répond rien mais montre les trésors qu'elle est parvenue à dénicher plus tôt. Parmi eux, il y a deux gourdes d'eau, un firesteel, des allumettes, des barres chocolatées, une boussole, des pansements, une mini lampe et des jumelles. Marc n'en revient pas de toutes ces trouvailles. Il lance :

Marc : Whoa ! C'est incroyable. Où as-tu trouvé tout ça ?

Gwen : Dans une malle cachée en hauteur dans le bâtiment. Ils ont du entreposer ça là pour plus tard.

Marc : Oui, tu as raison. C'est du matériel de survie pour la plupart des choses. Peut-être que cet entrepôt est une sorte d'abri pour les situations extrêmes.

Gwen : Non je ne pense pas, ils ont surement bien plus luxueux au centre. Mais d'où viens-tu au fait ? Je ne t'ai jamais vu.

L'adolescent prend plusieurs minutes pour relater son histoire à Gwendolyn. Il lui explique notamment comment il a du survivre pendant toutes ces années et pourquoi il ne connait pas aussi bien le gouvernement que les gens du peuple qui sont en grande partie leurs esclaves. Il avoue vivre en ermite et c'est ce qui fait qu'il est resté encore assez naïf d'une certaine façon, vis à vis des privilégiés et de la domination qu'ils exercent sur les plus faibles.

A son tour, la jeune fille raconte un peu son histoire. Elle reste malgré tout évasive se méfiant encore de cet étranger qu'elle a rencontré il y a seulement une heure. Une vingtaine de minutes plus tard, Marc suggère de reprendre la route. Il propose à Gwen de passer la nuit dans une cabane qu'il a construite dans les arbres il y a longtemps. Mais cette solution ne convient pas à la jeune fille qui soumet alors une nouvelle idée.

Gwen : On pourrait peut-être se rendre chez mon amie Cassie. Sa maison n'est pas forcément un palace mais on y sera surement plus au chaud et à l'abri que dans la forêt.

Marc : Tu sais, on finit par s'y habituer... Ca peut-être douillet aussi.

Gwen : Mouai, je reste sceptique. T'inquiète pas, c'est ma meilleure amie et entre gens du peuple, on sait se soutenir dans les situations difficiles.

Convaincu, le jeune homme accepte de suivre Gwendolyn jusque chez Cassie, en espérant qu'elle ne pensera pas qu'il s'impose. Au pire, il a déjà en tête deux trois idées d'endroits où aller si sa présence n'était pas souhaitée.
avatar
Marc Sperare

Messages : 41
Date d'inscription : 09/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - Complot

Message par Gwendolyn Schepperd le Jeu 22 Nov - 19:56

[Purée tu vas me tuer à répondre aussi vite !! Ce n'est vraiment pas humain ! Mais bon je fais un effort (pour une fois Razz ) et je te réponds aussi vite que l'éclair !
D'ailleurs quelle est flatteuse la description que tu fais à propos de Gwen dans ton premier post ! Wink ]

Soudain l'abruti qui quelques minutes plus tôt gigotait les bras dans tous les sens pour faire partir Gwen, au risque de les faire repérer tous les deux, se décida à la rejoindre près de la porte d'entrée. Il était plutôt grand et étonnamment musclé pour quelqu'un qui s'habillait comme une personne du peuple : il était simplement habillé d'un jean et d'un T-shirt noir. Il avait des yeux bruns, des cheveux relativement long pour un garçon et surtout très noir ce qui contrastait avec son teint si pâle. Cela lui donnait un côté renfermé mais ces larges épaules nous rappelaient vite qu'il avait le physique d'un combattant. Il avait d'ailleurs quelques cicatrices çà et là sur ses bras et avait l'air de savoir parfaitement se défendre. Raison de plus pour se joindre à lui, il l'aiderait à se débarrasser des gardes. Son attitude, sa démarche et son comportement rappelait quelque chose d'animal : il était particulièrement méfiant et son regard fusait de toute part pour essayer de trouver d'éventuel ennemi et avait l'air très dégourdi. Dans tous les cas, même si Gwen était sur son « territoire » elle n'allait surement se laisser marcher sur les pieds.

Une fois arrivé près d'elle, Gwen commença directement la conversation pour voir s'il était aussi malin qu'il en avait l'air :

- Laisse, je vais y aller seule. Je n'ai pas besoin de ton aide.

- L’union fait la force, répondit-il, nous serons surement pas trop de deux pour découvrir ce qui se trame là dedans.

Ah, Monsieur a de la culture, mais ce n'est pas une citation bien placée qui fera changer Gwen d'avis aussi facilement.

- Non laisse, tu vas tout faire rater. Je préfère m'en occuper seule. Si tu veux te rendre utile, reste là et fais le guet.

- Faire le guet de quoi ? Ils sont à l'intérieur...

Oui, justement faire le guet de rien, comme ça Gwen a la paix à l'intérieur. Cela prouve au moins que ce jeune homme sait réfléchir. Non, il est vraiment trop insistant et si elle ne le laisse pas entrer elle ne verra pas ce qu'il vaut. Gwen lui donna sa permission mais seulement après avoir lâché un gros soupir.

- Bon comme tu veux, mais ne nous fais pas repérer. Je vais entrer la première.

Gwen regarda rapidement à l’intérieur avant de rentrer. Elle vit que les gardes étaient en train de parler au fond de la pièce à côté d’une immense machine métallique verdâtre d’où sortaient plein de tuyaux. Bizarre comme engin … Mais ce n’est pas le moment de rêvasser et Gwen aperçut une petite mezzanine rudimentaire assez basse pour qu’on puisse y monter sans échelle. Gwen prend un peu d’élan, saute, s’accroche à une poutre et se hisse rapidement avant de se faire remarquer. De là elle voit les gardes sans être vu et peut ainsi jouer sur l’effet de surprise. Gwen observe autour d’elle une malle au fond. Elle se dirige vers elle et pendant qu’elle fouille dedans, ne voit pas Marc rentré dans le local à son tour.
Soudain Gwen entend le bruit d’un objet métallique qui tombe sur le sol. Elle se retourne brusquement et voit que Marc est près de la sortie et qu’il vient de faire tomber une canette. Quel boulet ! Les gardes aussi l’ont repéré ! L’un tourne sa tête vers lui et le deuxième a déjà sorti son arme.

- Halte ! Mains en l’air ! crie-t-il en pointant Marc de son arme.

Marc, devenu blanc comme la Mort, lève les bras doucement, terrorisé. Ni une, ni deux Gwen profite de cet instant pour se jeter sur le garde armé. Elle atterrit sur ses épaules, le mettant KO. Elle se réceptionne alors délicatement et profite de la surprise de l’autre garde, pour attraper Marc par le bras et s’enfuirent loin, très loin et surtout très vite de cet endroit.

Après une dizaine minutes de courses, les deux adolescents arrivent à l’orée de la forêt. Gwen avait réussi à garder l’allure plus que soutenu de Marc, mais elle n’était pas entrainé et ses jambes commençaient à montrer des signes de fatigue. Marc se tourne vers elle et commence la conversation :

- Ne t'inquiète pas, je connais ce coin comme ma poche. Je vais nous trouver un abri.

- D'accord, mais arrêtons-nous un moment, je ne sens plus mes jambes.

- Ok mais pas très longtemps, ils sont toujours à nos trousses, ce n'est pas très prudent de faire une pause.

Gwen en veut à Marc et ronge son frein. Marc essaie de faire le malin mais c’est quand même lui qui les a fait repérer ! Elle n'est pas Monsieur Muscle mais au moins elle est discrète !

Entre temps Marc montre un endroit sec à Gwen qui s’assoit sans hésiter. Elle tire alors son sac en bandoulière sur ses genoux et sort les divers objets piqués dans le local : deux gourdes d'eau, un firesteel, des allumettes, des barres chocolatées, une boussole, des pansements, une mini lampe et des jumelles. Ces quelques babioles remontent le morale de Gwen qui se dit qu’elle a au moins pu récupérer du matériel utile. Elle se tourne vers Marc et lui répond méchamment pour lui faire comprendre son mécontentement :

- Bien, j'ai réussi à voler quelques trucs pendant que tu t'occupais de nous faire repérer.

- Hey, ce n'est pas de ma faute. En plus, j'ai réussi à récupérer de précieuses informations.

Seulement quelques informations ! Gwen pensait que Monsieur Muscle était plus doué que ça. Visiblement, Marc comprit alors le ressenti de Gwen et se tut quelques instants avant de répondre :

- Enfin bref, merci pour ton aide.

Enfin des « excuses » si on peut appeler ces quelques mots ainsi. Gwen préfère se taire et montre silencieusement les objets posés devant elle. Marc change alors de sujet et s’intéresse alors aux objets :

- Whoa ! C'est incroyable. Où as-tu trouvé tout ça ?

- Dans une malle cachée en hauteur dans le bâtiment. Ils ont du entreposer ça là pour plus tard.

- Oui, tu as raison. C'est du matériel de survie pour la plupart des choses. Peut-être que cet entrepôt est une sorte d'abri pour les situations extrêmes.

- Non je ne pense pas, ils ont surement bien plus luxueux au centre. Mais d'où viens-tu au fait ? Je ne t'ai jamais vu.

Gwen écoute attentivement la fabuleuse histoire du garçon. Il lui explique qu’il s’est réfugié dans la forêt et ne connaît pas vraiment le gouvernement et le peuple. Cela explique en partie son manque de discrétion à l’intérieur du local : ce n’était pas son environnement habituel, il en découvrait un nouveau contrairement à Gwen. D’ailleurs celle-ci l’envie déjà. Lui au moins il n’est pas obligé de travailler ! Cependant Gwen n’aurait pas pu supporter de passer toutes ces années seul dans la forêt sans personne à qui se confier et à qui parler au quotidien. Elle n’est pas faite pour cette vie isolée des autres.

Gwen, n’ayant pas vraiment d’autre choix, lui délivre à son tour son histoire. Elle aurait préféré la garder pour elle mais lui conte en survolant rapidement les grands points de sa vie. Elle ne va quand même pas dévoiler toute son intimité à un inconnu, dont elle doute encore des capacités physiques qui ont pourtant l’air d’être son unique véritable capacité !
Une fois son histoire terminée, Marc et elle reprenne tranquillement leur route. Il propose à Gwen de dormir dans une cabane en forêt mais cette dernière n’a pas l’air convaincu. Elle lui propose alors une autre solution :

- On pourrait peut-être se rendre chez mon amie Cassie. Sa maison n'est pas forcément un palace mais on y sera surement plus au chaud et à l'abri que dans la forêt.

- Tu sais, on finit par s'y habituer... Ça peut-être douillet aussi.

Visiblement Marc à l’air de tenir à sa cabane ! Mais après toutes les émotions de la journée Gwen ne se sent pas d’humeur au camping. Elle essaie encore de convaincre le jeune homme en le regardant avec sa « tête de chien battu ».

- Mouai, je reste sceptique. T'inquiète pas, c'est ma meilleure amie et entre gens du peuple, on sait se soutenir dans les situations difficiles.

Gwen l’observa attentivement et réussis finalement à le faire craquer. Ils se dirigent alors vers la maison de Cassie.

Une fois arrivé, Gwen toque à la porte et attend que Cassie vienne lui ouvrir. Marc a l’air plutôt stressé à l’idée de se retrouver en ville même pour une seule nuit. A ce moment-là,c'est un des petits frères de Cassie qui lui ouvre la porte :

- Bonjour, c'est Gwen tu peux demander à ta grande soeur Cassie de venir ? demande Gwen le plus gentiment possible.

Le petit hocha alors la tête et rentra chez lui en criant partout " Cassie, Cassie y a Gwen qu'est là !!". Il est tout simplement trop mignon, avec sa petite tête d'ange qui attendri le premier venu. Soudain, Cassie surgit en courant et se précipite sur Gwen pour la prendre dans ses bras. Elles restent quelques instants dans les bras l'une de l'autre avant que Gwen puisse enfin voir son visage, rayonnant d'un sourire éclatant. Elles sont si contentes de se voir ! Tellement contente, que Cassie mets plusieurs minutes avant de remarquer la présence de Marc. Elle le regarde de travers et demande, méfiante, à Gwen de lui expliquer pourquoi ce jeune homme est là. Gwen la supplie alors de les laisser entrer en lui jurant de tout lui raconter. Cassie les laisse entrer, toujours aussi méfiante, et les emmène dans sa chambre. Les trois adolescents s’enferment dans la chambre et Gwen lui présente d’abord ses soupçons à propos du local puis Marc et leur intrusion dans le local. Elle lui explique leur course poursuite et lui montre les objets volés. Cassie écoute très attentivement et regarde Marc régulièrement, montrant son maque de confiance à son égard. Ce dernier reste parfaitement silencieux.

- Voilà toute notre histoire ! annonce Gwen quand elle a terminé son récit. Ne t’inquiète pas pour Marc, il a l’air un peu méchant mais au fond c’est une grosse peluche, dit malicieusement Gwen en lui ébouriffant les cheveux.

- Hm, je vois ça mais visiblement le local n’était pas une bonne piste pour nos recherches, répondit Cassie sceptique.

- Oui, mais il ne faut pas oublier la grande machine au fond du local, c’est surement grace à elle que les gardes ont réussi à propager le virus, furent les premiers mots de Marc.

- Çà m’étonnerait que les gardes se soient chargés de cette mission. Elle est bien trop importante pour ces deux pauvres idiots, répliqua Gwen. Je pense que l’engin a déjà servi depuis un moment et que ces deux gardes doivent seulement la surveiller pour éviter qu’elle soit endommagée.

- Attendez tous les deux, s’interpose Cassie, moi aussi j’ai une idée.

Les deux adolescents se taisent sur le coup et se tournent vers Cassie, attendant attentivement la suite de sa phrase.

[Je laisse le dialogue en attendant ton message, mais ne t'embête à reprendre mes paroles mets celles qui te vont et je changerai mon post dès que tu auras posté le tien !]


Dernière édition par Gwendolyn Schepperd le Ven 23 Nov - 19:23, édité 1 fois

_________________
Couleur de mes paroles: SteelBlue
avatar
Gwendolyn Schepperd
Admin

Messages : 93
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 19
Localisation : Dans la pauvre banlieue de l'Anneau Rouge ...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.moonlightshadoww.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - Complot

Message par Cassie Lauwrence le Ven 23 Nov - 21:58

Cassie se réveilla tôt ce matin comme à son habitude. Elle revêtit ses vieux vêtements rapiécés. Elle se passa un peu d’eau sur le visage puis fit glisser un peigne à moitié cassé dans ses longs cheveux. La jeune fille ne possédait pas de miroir, tant mieux, ses yeux devaient surement être ornés d’horribles cernes. Elle avait encore du se lever trois fois pour rassurer les plus jeunes, souvent hantés par d’affreux cauchemars. Elle prépara le petit déjeuné pour ses frères et sœurs : un quart de pomme et une demi tranche de pain chacun. Cassie se réserva une demi-pomme, contrairement à ses frères et sœurs qui mangeront également ce soir, ce sera son seul repas de la journée. Elle retourna auprès de ses petits anges pour les réveiller. Ils rechignèrent. Cassie ne pouvait pas leur en vouloir : ils étais fatigués, avaient le ventre creux. Ils étaient si maigres, si fragiles, cela lui fendait le cœur. Ils se précipitèrent vers la nourriture, affamés. Puis la jeune fille prépara les plus jeunes. A 7h00, tout le monde était prêt. Cassie devait travailler aujourd’hui, ainsi que les deux plus âgés de ses frères et sœurs. La jeune fille passa la matinée à s’occuper des bambins de ses orgueilleux Privilégiés. « Ces gosses manquent cruellement d’éducation » pensa-t-elle. Ils n’arrêtaient pas de courir dans tous les sens, de tirer la langue, de crier. Cassie avait beau avoir de l’expérience, elle ne pouvait absolument rien faire avec eux. « Pas étonnant avec des parents aussi égoïstes et superficiels ! ». Elle n’avait qu’une seule pose dans la journée, si on pouvait appeler la sieste des gamins une pause… La jeune fille termina son travail à 17h, exténuée.
Elle fit un petit détour par la forêt avant de rentrer chez elle. Elle en profita pour ramasser des fleurs, cela fera plaisir aux filles ! Elle repéra également quelques châtaignes. Quand Cassie rentra chez elle, sa plus petite sœur se précipita dans ses bras. Cassie sourit et la serra contre elle, son petit corps frêle contre le cœur de la jeune fille. Cet « instant émotion » fut vite interrompue par son petit frère qui réclamait à manger. Cassie le regarda tristement.

-Tu ne peux pas manger avant ce soir et tu le sais Brivael !

Il était déçu mais n’insista pas plus. « Si seulement je pouvais répondre à leurs besoins… ». Puis, la jeune fille s’occupa de ranger la maison. Ce n’est pas parce qu’on est pauvre que l’on vit obligatoirement dans la crasse, se disait-elle. Enfin, elle s’accorda quelques minutes de repos. Elle ferma les yeux sur sa paillasse et s’assoupit. Cassie fut réveillée par un grand bruit venant de la porte : quelqu’un frappait. Brivael se précipita pour l’ouvrir.

-Bonjour, c’est Gwen. Tu peux demander à ta grande sœur Cassie de venir ?

Cette voix, Cassie la reconnaitrais entre mille à 200 km : c’était Gwen, sa meilleure amie, sa confidente. Son cœur s’accéléra, la joie l’envahi. La jeune fille se précipita vers son amie et la pris dans ses bras. Elles restèrent ainsi quelques instants. Cassie était si heureuse de revoir Gwen : les plus beaux moments de sa vie, c’était avec elle qu’elle les avait vécus. Il y avait une telle complicité entre les jeunes filles ! Quand Cassie se recula enfin, elle remarqua qu’une personne accompagnait Gwen. C’était un homme plutôt grand et musclé mais pas trop. Il avait un visage doux et mystérieux par ses yeux sombres et ses cheveux ébouriffés. Malgré son physique agréable, Cassie restait très méfiante. On lui avait toujours appris ne pas faire confiance facilement aux garçons et pas à tort. En effet, la jeune fille avait entendu pas mal d’histoires sur des rencontres qui avaient mal tournées et n’avait pas du tout envie de tenter l’expérience.

-C’est qui lui ? demanda-t-elle à Gwen.

Gwen la supplie alors de les laisser entrer en lui jurant de tout lui raconter. Cassie les fit entrer toujours sur ses gardes. Ils s’enfermèrent dans sa chambre. Puis, Gwen lui raconta sa rencontre avec Marc, c’était son nom, leurs soupçons sur le local et leur course poursuite avec les gardes. Marc ne disait rien ce qui intrigua Cassie, qui le regardait souvent, méfiante. Gwen le remarqua.

-Voilà toute notre histoire ! annonce-t-elle quand elle a terminé son récit. Ne t’inquiète pas pour Marc, il a l’air un peu méchant mais au fond c’est une grosse peluche, dit-elle malicieusement en lui ébouriffant les cheveux.

Cette remarque fit rire Cassie et détendit l’atmosphère.

-Hm, je vois ça mais visiblement le local n’était pas une bonne piste pour nos recherches, répondit-elle toujours sceptique.

-Oui, mais il ne faut pas oublier la grande machine au fond du local, c’est surement grâce à elle que les gardes ont réussi à propager le virus, furent les premiers mots de Marc.

-Ça m’étonnerait que les gardes se soient chargés de cette mission. Elle est bien trop importante pour ces deux pauvres idiots, répliqua Gwen. Je pense que l’engin a déjà servi depuis un moment et que ces deux gardes doivent seulement la surveiller pour éviter qu’elle soit endommagée.

-Attendez tous les deux, s’interpose Cassie, moi aussi j’ai une idée.

C’était bien beau d’avoir une idée mais il fallait encore l’exprimer. Et Cassie ne pouvait pas parler librement avec ce jeune homme qu’elle ne connaissait qu’à peine et qui l’intriguait beaucoup.

-Mais avant j’aimerais en savoir un peu plus sur toi, Marc !

Celui-ci sembla perplexe, il regarda la jeune fille quelques instant puis s’exécuta. Cassie écouta avec attention son histoire, plutôt originale. Pus Marc parlait, plus la méfiance de Cassie s’atténuait. Le jeune homme n’avait rien d’un psychopathe et autre fous. Il était même plutôt sympathique et Cassie se surprit à rire de ses blagues. Pourtant il était très différent de tous les garçons du Peuple. L’instinct de Cassie lui soufflait qu’elle pouvait lui faire confiance. Soulagée, la jeune fille se détendit.

-A toi maintenant. Quelle est ton histoire Cassie ? lui demanda soudain Marc.

Cassie se raidit. Elle avait beaucoup de mal à parler de son enfance, la mort de ses parents, sa dépression : c’était beaucoup d’émotions. Elle lança un regard de détresse à Gwen. Celle-ci lui serra la main en signe d’encouragement. Après tout, Marc s’était confié à elle, la moindre des choses était de faire de même. Elle inspira un grand coup et ce lança. Elle dû lutter contre les larmes pour certains passages mais la présence de Gwen la réconfortait. Quand elle eut fini, Marc la regarda, ému.

-Ça n’a pas dû être facile. Lui dit-il compatissant.

Cassie lui sourit, c’était un homme bien !

-Bien, passons à notre « plan » ! dit-elle.

Ses deux amis acquiescèrent.

-Alors voilà, j’ai entendue parler d’une sorte de groupe qui résistait contre les Privilégiés. Je pense que l’on pourrait les rencontrer. Qu’en dites-vous ?

-Oh oui, j’en ai également entendu parler, dit Gwen enthousiaste. Ils en savent peut être plus que nous.

-Oui cela me semble pas mal, dit Marc. Il faut tenter notre chance ! Mais comment les rencontrer ?

C’était une bonne question. Personne ne savait où ils se réunissaient et même si ils existaient vraiment !

-Euh, je ne sais pas trop… On pourrait peut-être aller dans la rue et aborder le premier qui nous semble « résister » ?

Cassie devait bien avouer que sa proposition était farfelue mais elle n’avait pas vraiment d’autres idées.

-Une autre suggestion peut-être ? demanda-t-elle.
avatar
Cassie Lauwrence

Messages : 57
Date d'inscription : 12/05/2012
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - Complot

Message par Marc Sperare le Mar 27 Nov - 19:09

Une fois arrivé, Gwen toque à la porte et attend que Cassie vienne lui ouvrir. Plongé dans ses pensées, Marc ne dit pas un mot. La perspective de dormir dans un lieu inconnu provoque en lui une certaine anxiété. De plus, loger, même pour une seule nuit, dans un habitat aussi moderne que celui-ci, ravive dans son esprit de lointains souvenirs d'enfance. Ces dernières années, il les avait passées au fin fond de la forêt entouré de la végétation et de ses amis les animaux. Cependant, il n'avait pas toujours été un homme des bois. Quand son père et sa mère étaient encore de ce monde, il avait lui aussi vécu, à l'instar des gens du peuple, dans une maison similaire à celle de Cassie. La porte d'entrée s'ouvre à ce moment-là et Marc émerge de sa rêverie. Un jeune bambin d'à peine une dizaine d'années se présente alors à eux.

-Bonjour, c’est Gwen. Tu peux demander à ta grande sœur Cassie de venir ?

Malgré la présence familière de Gwen, le petit frère semble assez intimidé. Peut-être est-ce cet étranger qui l'accompagne qui l'effraie un peu. Il ne répond rien et court chercher son ainée en l'appelant avec enthousiasme à travers toute la maison. Quelques secondes s'écoulent. Puis, de petits pas pressants se font entendre dans l'entrée. Une jeune fille parait alors sur le pas de la porte. Il s'agit de Cassie. Les deux amies se saluent et telles de vieilles copines qui ne se seraient pas vues pendant plusieurs années, elles s'entrelacent tendrement. Elles restent ainsi quelques instants puis se détachent l'une de l'autre. La joie de ces retrouvailles est facilement palpable. L'adolescent devine que les deux filles partagent depuis longtemps une grande et rare complicité.

C'est au moment où Cassie se défait de l'étreinte de Gwen que son regard croise celui de Marc. Le jeune homme se sent un peu mal à l'aise tout à coup. Il ne pensait pas que faire de nouvelles connaissances serait aussi difficile. D'un côté, il veut se présenter, mais de l'autre il se sent embêté de s'imposer comme ça. La jeune fille l'observe un peu et méfiante, demande à Gwen :

-C’est qui lui ?

Gwen la supplie alors de les laisser entrer en lui jurant de tout lui raconter. Bien que toujours sur ses gardes, Cassie accepte. Puis, elles les invitent à se rendre dans sa chambre. Ils y seront plus au calme pour discuter. Les trois adolescents s'assoient sur le sol et Gwen prend la parole. Elle présente tout d'abord ses soupçons à propos du local. Puis, elle explique à Cassie comment elle a rencontré Marc et comment s'est déroulé leur intrusion dans le local. Elle lui raconte encore leur course poursuite et lui montre les objets qu'elle a réussi à dérober. Cassie écoute très attentivement et regarde Marc régulièrement, montrant son manque de confiance à son égard. Ce dernier reste parfaitement silencieux.

Voilà toute notre histoire ! annonce Gwen quand elle a terminé son récit. Ne t’inquiète pas pour Marc, il a l’air un peu méchant mais au fond c’est une grosse peluche, dit-elle malicieusement en lui ébouriffant les cheveux.

L'adolescent se sent toujours un peu nul de ne rien dire. Il aimerait que Cassie puisse connaitre son histoire. Ainsi, elle comprendrait pourquoi il est aussi coincé et surtout intimidé. Enfin au moins, la remarque de Gwen a le mérite de faire rire son amie et cela contribue à détendre un peu l’atmosphère.

-Hm, je vois ça mais visiblement le local n’était pas une bonne piste pour nos recherches, répond-t-elle toujours sceptique.

Prenant son courage à deux mains, Marc sort de son mutisme et se décide enfin à participer :

-Oui, mais il ne faut pas oublier la grande machine au fond du local, c’est surement grâce à elle que les gardes ont réussi à propager le virus.

Ça m’étonnerait que les gardes se soient chargés de cette mission. Elle est bien trop importante pour ces deux pauvres idiots, réplique Gwen. Je pense que l’engin a déjà servi depuis un moment et que ces deux gardes doivent seulement la surveiller pour éviter qu’elle soit endommagée.

-Attendez tous les deux, s’interpose Cassie, moi aussi j’ai une idée.

Avant d'enchaîner, la jeune fille regarde de nouveau Marc avec réticence. Elle ne se sent pas encore assez en confiance pour parler librement avec lui. Elle ajoute :

-Mais avant j’aimerais en savoir un peu plus sur toi, Marc !

D'abord un peu déstabilisé, Marc essaie intuitivement de lire sur le visage de la jeune fille afin de savoir si ce commentaire est anodin ou pas. Il n'est pas habitué à se dévoiler aussi rapidement. Tout comme les loups, il faut l'apprivoiser avant de pouvoir l'approcher. Quelques secondes s'écoulent. Puis, après une rapide observation, Marc se rend compte qu'il est en sécurité. Il n'a décelé aucune arrière pensée dans l'esprit de Cassie et il sent désormais suffisamment en confiance pour narrer son histoire.

Cassie écoute avec attention l'histoire de Marc. Le jeune garçon s'aperçoit de cet intérêt que lui porte sa nouvelle amie et cela l'incite à en dire davantage, notamment à propos de son enfance qui d'habitude est plutôt un sujet qu'il préfère garder pour lui. Mais il sent que la jeune fille ne se moquera pas et même qu'elle compatira. De temps en temps, afin que son récit ne soit pas trop lugubre, l'adolescent essaie de placer quelques blagues dans la conversation. Elles ne doivent pas être de si mauvais goût à en juger par les éclats de rire de bon coeur de Cassie. Après avoir raconté un peu son histoire, et ayant gagné en assurance, Marc demande à la jeune fille de lui raconter la sienne.


-A toi maintenant. Quelle est ton histoire Cassie ?

L'adolescente se raidit. Peut-être Marc n'aurait-il pas du retourner cette question. En même temps, c'était prévisible. Parler de son enfance quand on fait partie des gens du peuple, c'est souvent délicat. Cassie lance alors un regard de détresse à Gwen. Celle-ci lui serre la main en signe d’encouragement. Après tout, Marc s’est confié à elle, la moindre des choses est de faire de même. Elle inspire un grand coup et se lance. Quand elle a fini, Marc la regarde, ému.

-Ça n’a pas dû être facile.

Cassie lui sourit.

-Bien, passons à notre « plan » ! dit-elle.

Ses deux amis acquiescent.

-Alors voilà, j’ai entendu parler d’une sorte de groupe qui résistaient contre les Privilégiés. Je pense que l’on pourrait les rencontrer. Qu’en dites-vous ?

-Oh oui, j’en ai également entendu parler, dit Gwen enthousiaste. Ils en savent peut être plus que nous.

-Oui cela me semble pas mal, dit Marc. Il faut tenter notre chance ! Mais comment les rencontrer ?

Bonne question. Personne ne sait où ils se réunissent et même si ils existent vraiment !

-Euh, je ne sais pas trop… On pourrait peut-être aller dans la rue et aborder le premier qui nous semble « résister » ? A moins que vous ayez d'autres suggestions...

-Honnêtement, je pense que le mieux serait de les rencontrer directement. Il faut leur faire savoir qu'on a entendu parler d'eux et qu'on voudrait obtenir un rendez-vous avec leur chef.

-Qu'est-ce que tu proposes ?

-Il faudrait attirer leur attention, trouver un moyen de les intéresser, afin qu'ils se rendent comptent qu'ils ne sont pas les seuls à vouloir combattre le gouvernement et les privilégiés. Ainsi ils sortiront surement de leur cachette et prendront contact avec nous.

-Ca semble assez risqué...

En effet, c'est une mission risquée mais les trois adolescents ont-ils vraiment le choix ? En plus, ce plan reste encore incertain.

-Et si ça ne marche pas, eh bien nous devrons trouver leur point de ralliement par nous-même. Je suis sûr qu'ils en ont un.

-Bon très bien, alors nous ferons cela. Mais pour l'heure, je suggère que nous prenions tous une bonne nuit de sommeil. Nous serons plus en forme demain.

Les deux amis acquissent de la tête en souriant. N'en ayant pas encore eu l'occasion, Marc s'apprête à remercier Cassie de l'héberger pour la nuit. Mais avant qu'il puisse le faire, elle ajoute :

-Vous avez peut-être envie de manger avant ?

-Elle est si gentille, se dit intérieurement le jeune garçon. Elle propose de partager ses modestes richesses avec moi qui ne suis encore qu'un étranger au fond.

Avant de monter à l'étage, Marc s'était rendu compte de la précarité de la maison de la jeune fille. Il se doute qu'elle n'a pas vraiment les moyens de leur offrir un vrai repas . Et pourtant, elle se serait ruinée juste par amitié. Alors par politesse, il préfère décliner sa proposition.

-Non merci. Je n'ai pas faim.

Bien entendu, ce n'est pas la vérité mais il se dit qu'il ne peut s'imposer plus qu'il ne le fait déjà. Quoi qu'il en soit, la journée de demain sera longue, il lui faut bien récupérer afin de mettre à exécution leur plan et peut-être obtenir un entretien avec ces mystérieuses personnes qui semblent vouloir autant que lui que la tyrannie du gouvernement cesse pour de bon.


Dernière édition par Marc Sperare le Mar 27 Nov - 20:46, édité 1 fois
avatar
Marc Sperare

Messages : 41
Date d'inscription : 09/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - Complot

Message par Gwendolyn Schepperd le Dim 2 Déc - 16:22

[Oui !! Mais je pense qu'on peut arrêter le rp au moment ou tout le monde va se coucher. Comme Leslie va bientôt lancer le chapitre 2, on aura l'occasion de rencontrer les moonlight shadow dans des conditions assez particulières ... ( petit clin d'oeil a Cassie Wink qui, j'espere, comprend de quoi je parle ). ]


- Attendez tous les deux, s’interpose Cassie, moi aussi j’ai une idée.

Les deux adolescents se taisent sur le coup et se tournent vers Cassie, attendant attentivement la suite de sa phrase. Quant à Cassie, elle se tourna vers Marc avec un sourire malicieux et lui dit :

- Mais avant j’aimerais en savoir un peu plus sur toi, Marc !

Le garçon la regarda, peu sûr de lui. Marc aurait-il peur de la si gentille Cassie ? Il la fixa quelque instants avant de se lancer dans la longue narration de son histoire complexe. Cassie l'écouta très attentivement et riait de bon cœur à ses blagues tandis que Gwen se contentait de sourire. Elle les voyait et remarqua qu'ils commençaient à être en confiance et que les regards qu'ils se lançaient montraient leur début d'affection. Ces deux là s’entendaient plus que bien.

Une fois son histoire terminée, c'était au tour de Marc de poser des questions à Cassie :

- A toi maintenant. Quelle est ton histoire Cassie ?

Cassie se raidit brusquement. Le sourire qu'elle arborait fièrement quelques minutes auparavant avait disparu, remplacé par une sorte de moue, montrant en quelque sorte sa peur de délivrer son enfance à un adolescent qu'elle a rencontré il y a à peine quelques heures ! Elle lança un regard désespéré à Gwen qui, en guise de réponse, prit sa main et la serra dans la sienne pour lui donner tout le courage nécessaire. Cassie prit une grande inspiration et se lança.
Marc l'écouta tout aussi attentivement et était ému par son histoire. Il attendit qu'elle est finie pour le lui faire savoir :

- Ça n’a pas dû être facile.

Cassie lui sourit discrètement et changea de sujet :

- Bien, passons à notre « plan » ! dit-elle.

Gwen et Marc acquiescèrent, heureux que Cassie puisse les aider :

- Alors voilà, j’ai entendu parler d’une sorte de groupe qui résistaient contre les Privilégiés. Je pense que l’on pourrait les rencontrer. Qu’en dites-vous ?

- Oh oui, j’en ai également entendu parler, répondit Gwen enthousiaste. Ils en savent peut être plus que nous.

- Oui cela me semble pas mal, dit Marc, lui aussi enthousiaste. Il faut tenter notre chance ! Mais comment les rencontrer ?

Cela restait un problème. Ce groupe existait surement mais restait évidemment caché des autres et il était dur de les rejoindre et déjà de savoir comment les contacter.

- Euh, je ne sais pas trop… On pourrait peut-être aller dans la rue et aborder le premier qui nous semble « résister » ? A moins que vous ayez d'autres suggestions..., répondit Cassie qui visiblement n'avait pas d'autre idée.

- Honnêtement, je pense que le mieux serait de les rencontrer directement, répondit Marc très sérieusement. Il faut leur faire savoir qu'on a entendu parler d'eux et qu'on voudrait obtenir un rendez-vous avec leur chef.

- Qu'est-ce que tu proposes ? , lui demanda Gwen qui voulait véritablement quelque chose de concret.

- Il faudrait attirer leur attention, trouver un moyen de les intéresser, afin qu'ils se rendent comptent qu'ils ne sont pas les seuls à vouloir combattre le gouvernement et les privilégiés, murmura Marc comme si des agents du gouvernement était en train de les espionner. Ainsi ils sortiront surement de leur cachette et prendront contact avec nous.

- Ca semble assez risqué..., fit remarquer Cassie, anxieuse.

- Et si ça ne marche pas, eh bien nous devrons trouver leur point de ralliement par nous-même, conclua Marc. Je suis sûr qu'ils en ont un.

- Bon très bien, alors nous ferons cela, répondit Cassie qui, de toute façon, n'avait comme Gwen pas d'autre idée à proposer. Mais pour l'heure, je suggère que nous prenions tous une bonne nuit de sommeil. Nous serons plus en forme demain.

Gwen et Marc lui sourirent. Avant même que les deux adolescents puissent dire autre chose, Cassie continua :

- Vous avez peut-être envie de manger avant ?

Ah, Gwen reconnaissait bien sa Cassie. Toujours aussi gentille et accueillante. Elle leur proposait quelque chose alors qu'elle avait déjà du mal à nourrir sa propre famille.

- Non merci. Je n'ai pas faim, lui répondit Marc par politesse.

Gwen se contenta d'un signe de tête pour le lui faire comprendre. Les deux filles se connaissait depuis longtemps déjà, et Gwen n'avait pas besoin de mots pour exprimer ce qu'elle pensait. Évidemment tout cela n'était que de la politesse. Bien sur, ils avaient tous faim mais ils avaient l'habitude de manger peu et n'allaient pas voler le peu que Cassie avait pour sa grande famille.

Les trois amis partirent alors se coucher sur une paillasse de fortune. Tous les évènements de la journée les avaient exténués et ils avaient encore besoin de force dans leur lutte contre l'injustice que subissait le peuple, leur combat contre les Privilégiés et le Gouvernement.



_________________
Couleur de mes paroles: SteelBlue
avatar
Gwendolyn Schepperd
Admin

Messages : 93
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 19
Localisation : Dans la pauvre banlieue de l'Anneau Rouge ...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.moonlightshadoww.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - Complot

Message par Leslie Gardner le Sam 20 Avr - 13:09

RP verrouillé, messages inutiles supprimés ! Mission accomplie !

_________________


couleur de paroles : darkorchid
rejoignez-nous sur Facebook
avatar
Leslie Gardner
Admin

Messages : 133
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 19
Localisation : au milieu du vide intersidéral

Voir le profil de l'utilisateur http://moonlightshadoww.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - Complot

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum